RSE : dès 2010, apprenons des anciens !

J’échangeais l’autre jour voeux et impressions avec Agnès Baer, que j’ai connue responsable de la Mission Handicap chez SFR. Elle m’apprend qu’elle est maintenant en charge de l’insertion des Seniors et nous échangeons sur la tâche qui l’attend.

Dans ce domaine particulier de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE), le législateur a en effet pris des mesures en 2009. Après avoir un temps voulu mimer ce qui avait été mis en place pour le handicap, à savoir un objectif de taux d’emploi, nos élus ont opté pour la signature d’accords (date limite janvier 2010) comprenant différents engagements d’actions (maintien dans l’emploi, tutorat, actions de formation, temps partiel, etc.)

Ce qui me préoccupe est de savoir quelle dynamique humaine peut se déclencher autour des Seniors. Pour en savoir plus, je me tourne vers Ipsos et l’Institut Manpower pour l’Emploi, et leur enquête de 2008 sur les Seniors au travail. Parmi les dizaines de chiffres, l’un retient mon attention.

A la question “Les seniors disposent-ils d’une expérience et d’un savoir-faire dont les autres ont besoin ?”, 95% des salariés et 97% des chefs d’entreprise répondent “oui” !

 

Les bénéfices de la diversité

Bien sûr, ce “oui” est digne d’un résultat de vote pour un parti unique. Pourtant, je pense que la dynamique humaine en jeu dans ce sujet des Seniors est bien là : il s’agit de l’expérience et des savoir-faire. Non seulement dans  l’entreprise, mais aussi, pourquoi pas, sur les sujets de la vie dans son ensemble.

Et ce qu’il y aurait de plus formateur dans ce processus … c’est le processus lui-même. Tout d’abord, faire s’exprimer les “anciens”, d’une façon en même temps libre et dirigée, pour dégager des expériences pertinentes et variées. Puis, faire travailler les “jeunes” sur l’écoute, une écoute ouverte qui permet de retenir ce qui est bon et pertinent pour soi.

Et au travers de ce dialogue, permettre une fois de plus d’assouplir les esprits, de toucher concrètement les bénéfices de la diversité.

C’est alors que cette fameuse RSE, qui peut apparaître un handicap de plus pour l’entreprise, trouve tout son potentiel régénérant. Pour l’individu, pour l’entreprise dans la quelle il travaille et pour la société dans son ensemble.

 

Laurent Ryckelynck

Articles relatifs

0 commentaire

rssCommentaires en RSS   transmitTrackBack URI

Il n'y a pas encore de commentaires




addLaisser un commentaire