Le défi du Chamallow : un Team Building pour tous

Dans cette vidéo de TED, Tom Wujec raconte les nombreuses expériences qu’il a menées autour de ce défi simple.

Avec un matériel accessible à tous, spaghettis, fil, scotch, chamallow, une équipe de 4 à 5 personnes doit réaliser la plus haute tour en exactement 18 minutes, avec pour contrainte principale, le fait de disposer le Chamallow au sommet de la structure. Tous les détails sur le site Marshmallow Challenge.

Tom Wujec a conduit environ 70 sessions avec des populations très diverses, des enfants de maternelles, des jeunes diplômés, des CEO, des architectes, des ingénieurs…

Qui sont les plus mauvais ?

Les jeunes diplômés de Business Schools… ;-)

Trop conceptuels, planifiant et théorisant trop avant de prototyper pour constater alors que leur belle structure ne supporte pas le poids du Chamallow

Les meilleurs ?

Hormis les architectes et ingénieurs qui inventent d’ingénieux dispositifs, ce sont les enfants de maternelles. Dès le début, ils testent, mettent en pratique, puis font évoluer leurs structures.

Respecter une date de lancement

Handi-partage, la plateforme de partage d’expérience sur le handicap a été ouverte ce matin. A 9h00 précises.


Si j’insiste sur ce « détail » qu’est l’heure exacte d’ouverture –au jour exact prévu depuis plusieurs mois - , c’est qu’il a son importance dans la dynamique humaine qui s’est créée autour de ce projet.


Environ trente personnes ont collaboré, à un degré ou à un autre au lancement de Handi-partage. Parmi les éléments fédérateurs qui ont permis un bon travail en groupe, la fixation et l’acceptation par tous d’une date butoir ont été importants.

Lancer un projet comme une pièce de théâtre

Un projet d’équipe démarre toujours par une première rencontre entre les participants. Trop souvent, les responsables du projet vont droit au but : situation, objectifs, organisation et répartition des tâches, moyens disponibles. Ils pensent ainsi montrer leur détermination et gagner du temps.


Hier, j’étais à la Comédie Française, voir la très agréable pièce La Grande Magie, d’Eduardo de Fillipo, mise en scène par Dan Jemmett. Celui-ci explique comment procède avec ses acteurs.

Jouer sur l’ambivalence pour favoriser le team building

Le team building n’aime pas le bon sens. Celui-ci conseille au manager de diminuer l’ambivalence des situations et d’orienter son équipe aussi vite que possible sur option rassurante.

Un récent article de Nils Plambeck, paru dans le cahier recherche@hec semble montrer le contraire.

Dans cet article, intitulé “l’ambivalence du dirigeant”, l’auteur montre :
- qu’évaluer à la fois les bénéfices et les inconvénients d’une situation engendre des réponses innovantes et créatives ;
- que donner à chaque solution (notamment lorsqu’elles sont proposées par des acteurs différents) une égale attention permet de diminuer les frictions au sein des équipes ;
- enfin, qu’il ne faut pas hésiter à étudier des solutions aussi tranchées que possibles.

Voici donc une nouvelle fois la preuve qu’avant de converger, il faut diverger. C’est la base des approches créatives. C’est aussi celle d’un bon management d’équipes.

Laurent Ryckelynck

Le partage d’information au coeur de la performance d’équipe

La plupart des décisons sont désormais prises par des groupes ou des comités et non par des individus. En effet, un groupe est supposé décider de manière plus efficace qu’un individu isolé.

Est-ce toujours le cas ou bien l’efficacité de la prise de décision dépend-elle de facteurs précis ?

Dans quelle mesure le partage d’information impacte-t-il la performance d’équipe ?

Ces questions clefs sont à l’origine du travail de recherche mené par deux chercheurs américains, Jessica Mesmer-Magnus et Leslie DeChurch, qui ont réalisé une méta-analyse de 72 études indépendantes conduites au cours des 22 dernières années. L’étude vient d’être publiée dans le Journal of Applied Psychology.

Leurs conclusions montrent que l’intelligence collective est un art exigeant.

Un team building planétaire

Le saviez-vous ? Nous vivons un grand moment de team building planétaire. Notre animateur n’est autre que le virus de la grippe mexicaine. Son objectif : nous faire comprendre que nous ne formons qu’une seule équipe, et qu’il serait futile, voire dangereux d’essayer de nous protéger sans penser en même temps à la protection de nos coéquipiers.

Un article du Monde détaille les travaux de Marc Barthélémy, un chercheur du CEA. Celui-ci explique : Nous avons simulé la propagation d’une maladie de type grippal transmissible entre humains et avons testé deux stratégies d’utilisation des stocks de médicaments antiviraux disponibles à travers le monde. Dans la première stratégie, chaque pays utilise ses stocks égoïstement en les réservant à sa propre population. Dans la seconde, les pays les plus riches envoient une petite part - de l’ordre de 10 % à 20 % - de leurs réserves aux premiers pays touchés par l’épidémie. Dans nos simulations, cette gestion “altruiste” ou “collaborative” des stocks d’antiviraux réduit l’impact de la pandémie. Par rapport aux résultats donnés par une gestion “égoïste”, le nombre de cas mondial peut être divisé par 10 à 1 000 selon le pays et la saison au cours de laquelle se déclenche l’épidémie.

Finalementent, la grippe porcine, occasion d’expérimenter de nouveaux comportements altruistes, ne serait-elle pas une bénédiction ?

Laurent Ryckelynck

Sensibilisation au handicap

13-01-2009: 0 commentaire | Actualités

Contexte
Plusieurs dizaines de managers Sofinco suivent chaque année un cursus de formation des nouveaux managers, dans lequel l’entreprise souhaite intégrer une sensibilisation à l’accueil d’une personne handicapée. Compte tenu du programme général, le temps disponible en présentiel est limité.
 
Solution proposée par Togeth’art
Pour intégrer les contraintes de temps tout en permettant une vraie prise de conscience de [...]

Case study Mobilisation participative

13-01-2009: 0 commentaire | Actualités

Contexte
Après quelques années d’existence, une jeune pousse internet est devenue une entreprise d’environ 100 personnes, dont l’esprit start-up s’est émoussé. Les attitudes relationnelles avec la clientèle tendent à se figer et le rôle de conseil à passer au second plan, derrière la production du service. La direction demande à Togeth’art de proposer une action pour revenir aux [...]

Case study Sensibilisation diversité

13-01-2009: 0 commentaire | Actualités

Contexte
Plusieurs dizaines de managers de cette grande banque suivent chaque année un cursus de formation des nouveaux managers, dans lequel l’entreprise souhaite intégrer une sensibilisation à l’accueil d’une personne handicapée. Compte tenu du programme général, le temps disponible en présentiel est limité.
 
Ambitions 

Permettre à chaque manager de prendre conscience de son style comportemental à l’égard d’une [...]

Case study Baromètre d’entreprise

13-01-2009: 0 commentaire | Actualités

Contexte
Une grande banque a mis en place une Mission Handicap dynamique. Mais peu de données existent pour comprendre comment la politique handicap est vécue sur le terrain. Notamment de la part des personnes valides, dont le rôle est crucial pour que les efforts de recrutement et d’adaptation du poste se concrétisent par une intégration durable [...]