Leçons de Team building sportif

Jeudi soir se tenait, dans le superbe auditorium de la Fédération Française de Football, une conférence organisée conjointement par l’ANDRH et l’Association des anciens HEC : Manager dans la tempête et préparer l’avenir, en prenant modèle sur le monde du sport.

J’ai pris quelques notes et vous livre ici des interventions qui ont retenu mon attention :

- Chez Rhodia qui traversait une période difficile il y a quelques années, le déblocage de l’intelligence collective a opéré lorsque la compétence “Coopération” a été mise en avant, encouragée, évaluée, qu’elle est devenue un pilier de la culture de l’entreprise, explique Philippe Bobin, Directeur du Développement des Ressources Humaines et ancien champion de décathlon.

- “La performance est d’abord individuelle. Le collectif n’a jamais sauvé les défaillances individuelles. C’est d’abord parce qu’on est performant individuellement qu’on réussit collectivement. Le groupe noie les responsabilités” affirme Claude Onesta, coach de l’équipe de France de Hand-Ball, le plus titré de tous (Champion Olympique, du Monde et d’Europe)

- Un coach doit aimer ses joueurs, mais ne doit pas vouloir se faire aimer, ont affirmé en coeur Marc Lièvremont et Claude Onesta. Certaines décisions impopulaires doivent être prises, comme par exemple le fait de ne pas retenir un joueur sur la feuille de match ou de dire franchement ce qui doit l’être.

- La confiance en soi est clef pour la performance individuelle. Philippe Bobin raconte deux anecdotes du monde de l’athlétisme. Jean Galfione, au tournoi de Paris en 1998, alors qu’il était en excellente forme physique, ne réussit à passer que 5,50m au saut à la perche. Il va voir son entraîneur Maurice Houvion et lui dit qu’il ne sait plus s’il doit continuer la perche. Houvion lui dit simplement de prendre une feuille de papier, de tirer un trait au milieu et de placer d’un côté tout ce qui est positif pour lui dans la pratique du saut à la perche et de l’autre ce qui est négatif. Le lendemain, l’exercice accompli, Galfione voit Houvion. La colonne positive dépasse largement la négative. Il décide de continuer. Houvion lui propose alors de participer au tournoi d’Annecy qui a lieu 3 jours plus tard. Galfione accepte, y participe et réalise 5,98m, qui est toujours la meilleure performance française.

Même bonhomme, même forme physique, mental différent. Galfione avait retrouvé son “esprit de conquête”.

L’autre anecdote concerne Marie-Jo Perec aux J.O d’Atlanta. Elle a déjà remporté le 400m et participe au 200m. La veille de la finale, Marie-Jo doute. Elle voit son coach et lui dit que ça ne sert à rien de participer à cette finale, qu’il y a au moins 5 coureuses qui vont plus vite sur 100m. Elle souhaite lâcher l’éponge. Son coach lui dit simplement qu’effectivement, à la sortie du 100, elle sera certainement 5ème mais que les autres seront épuisées alors que Marie-Jo pourra tenir la distance. Le lendemain, Marie-Jo est bien 5ème dans le virage. Elle se souvient alors des mots de son coach et gagne la finale. Un doublé historique.

- Pour diriger les joueurs, l’empathie est essentielle, selon Claude Onesta. “Chaque joueur est un émetteur. Plus je suis réceptif aux signaux, plus je peux anticiper et être en avance sur les événements

L’entraîneur est toujours à contre-courant. En cas de défaite, il doit avoir l’énergie de remonter le moral des joueurs, pensant déjà au prochain match. En cas de victoire, il doit maintenir la tension et l’agressivité des joueurs.

- “Dans un match, il arrive un moment où l’irrationnel est la seule solution”, pour Claude Onesta. C’est ce que peut apporter un joueur de génie. Il faut alors accepter tous ses éclats de génie, aussi bien ceux qui peuvent faire gagner que ceux qui peuvent faire perdre. “L’entraîneur qui veut tout contrôler, tour maîtriser ne saura pas prendre de risques

- Je finis par ces quelques mots de Claude Onesta, toujours aussi brillant : “Dans les entreprises, vous cherchez la dynamique collective alors que tous les critères d’évaluation sont individuels. Celui qui créé du lien a un rôle clef. Si je faisais l’évaluation de mes joueurs au but marqué, il n’y aurait plus un seule passe… et plus de but marqués !

Articles relatifs

0 commentaire

rssCommentaires en RSS   transmitTrackBack URI

Il n'y a pas encore de commentaires




addLaisser un commentaire