Les parents victimes de discrimination au travail

Depuis quelques années maintenant, la mobilisation des entreprises pour une meilleure responsabilité sociale met le doigt sur les inégalités qui sévissent dans le monde du travail. L’accès de tous à l’emploi a été et reste le premier combat puisqu’il est aujourd’hui la clef de l’égalité des chances et la condition d’une possible équité dans la société. La RSE vise également les inégalités de traitement au sein de l’entreprise, vis-à-vis de la rémunération, de la promotion, de l’accès à la formation.

C’est là qu’intervient la nouvelle charte de Parentalité initiée par l’Oréal et signée par 70 autres entreprises. Selon le baromètre de l’Observatoire de la parentalité, , dont les résultats sont disponibles en ligne,  72% des parents estiment que leur entreprise “ne fait pas beaucoup de choses” pour les aider. 62% déclarent que leur supérieur hiérarchique ne les aide pas non plus. Pour 64% d’entre eux, l’équilibre vie professionnelle-vie familiale est un sujet de préoccupation. Le rapport détaille également les mesures les plus appréciées des salariés.

Dans beaucoup d’entreprises, la disponibilité est un critère clef d’évolution, y compris pour des réunions tardives… qui pourraient aussi bien être programmées à des heures plus décentes. L’escalade du présentéisme fait de nombreuses victimes surtout lorsqu’on sait que ce sont principalement les femmes qui assument les contraintes liées aux enfants (sortie de garderie ou d’école, repas, devoirs…).  Une fois de plus, les représentations doivent changer. Ce n’est jamais qu’un grand chantier de dynamique humaine en plus !


Pour en savoir plus, visitez le site de l’Observatoire de la parentalité en entreprise, et lisez l’article “Parent et salarié, un exercice complexe” de Novethic


Olivier Piazza

Articles relatifs

0 commentaire

rssCommentaires en RSS   transmitTrackBack URI

Il n'y a pas encore de commentaires




addLaisser un commentaire